Your message has been sent, you will be contacted soon
Site de Claude Bartolone

Call Me Now!

Fermer

Retrait de Lionel Jospin : Réaction de Claude Bartolone (28/09/2006)

logointer.gifCliquez ici pour écouter mon interview sur France Inter

Retrouvez aussi les deux dépêches AP et REUTERS consécutives à mes déclarations sur le retrait de Lionel Jospin :

 logoap.gif« Royal, DSK et Fabius incarneront les « trois lignes » proposées aux militants socialistes »

PARIS (AP) — Le retrait de Lionel Jospin de la course à l’investiture socialiste redessine l’offre politique pour la campagne interne du PS en « trois lignes », selon le député de Seine-Saint-Denis Claude Bartolone. « Une ligne très ‘opinion publique’ présentée par Ségolène Royal dont on a du mal quelquefois à comprendre quelles sont toutes les positions », a indiqué Claude Bartolone jeudi sur LCI. « Une ligne portée par Dominique Strauss-Kahn qui se veut plus sociale-démocrate, et puis la ligne présentée par Laurent Fabius qui veut, sur des propositions précises, donner envie aux électeurs de gauche d’aller voter parce que c’est vraiment l’objectif », a estimé le directeur de campagne du député de Seine-Maritime. Claude Bartolone s’est dit soucieux de ne pas voir les électeurs « se réfugier dans le populisme » ou « l’abstention », et a plaidé pour « le rassemblement de la gauche pour un vrai changement ». Interrogé par l’Associated Press, le député de Seine-Saint-Denis a estimé que la décision de Lionel Jospin « ne change rien sur les rapports de force » au PS. En revanche, « la parole de Lionel Jospin sur sur son opposition à Ségolène Royal sera beaucoup plus audible maintenant qu’il n’est plus candidat », a espéré M. Bartolone. Il a invité les jospinistes à se rallier à Laurent Fabius. « Je le souhaite, mais ce sera à eux de se déterminer », a-t-il dit. AP | 28.09.06 | 10:01

reuters1.gifLa campagne interne « entre dans le réel », dit Claude Bartolone

PARIS (Reuters) – Claude Bartolone, bras droit de Laurent Fabius, a estimé jeudi que la non candidature de Lionel Jospin à l’investiture présidentielle du Parti socialiste éviterait aux militants de faire leur choix sur des impressions. « On va entrer dans le réel. Les espaces vont se réduire et les choses vont être plus claires. Nous aurons trois candidatures sûres », a expliqué à Reuters le député de Seine-Saint-Denis. « Les militants vont pouvoir choisir non pas sur des impressions mais sur des lignes claires ». Lors du vote du 16 novembre, les adhérents du PS pourront choisir « une vision de la politique tout à fait différente entre une certaine forme de démocratie d’opinion », que représente à ses yeux Ségolène Royal, « une vision social-démocrate » incarnée par Dominique Strauss-Kahn et « une vision plus volontariste », celle de Laurent Fabius. Lionel Jospin a annoncé jeudi qu’il renonçait à briguer l’investiture « faute de pouvoir rassembler » les socialistes sur son nom. L’ancien Premier ministre a dit, sans la citer, qu’il ne se rallierait pas à la candidature de Ségolène Royal mais qu’il écouterait ce qu’avaient à dire les autres présidentiables pour apporter son soutien éventuel à l’un d’eux « Quelles que soient les oppositions qu’il y a pu avoir entre
Laurent Fabius et Lionel Jospin, ils se retrouvent sur de nombreux points communs, notamment sur leur conception du rôle de la délibération politique et de l’importance du débat d’idées pour faire bouger la politique », a expliqué Claude Bartolone. « Je souhaite que Laurent Fabius en développant la vision qui est la sienne dans les jours qui viennent puisse faire comprendre à Lionel Jospin que c’est un discours, une fibre qui correspond à beaucoup des combats qu’il a menés », a-t-il ajouté