Your message has been sent, you will be contacted soon
Site de Claude Bartolone

Call Me Now!

Fermer

A propos de Laurent Fabius : 3 questions à Claude Bartolone (21/08/2006)

dscn0184.JPGTa rencontre avec Laurent Fabius ? Je m’en souviens bien. C’était en 1978. J’étais un jeune militant et je m’étais inscrit dans un stage de formation du Parti socialiste sur les questions de finances publiques. C’était à Villiers-le-Lac dans le Doubs. On nous avait dit qu’un proche collaborateur de François Mitterrand allait venir. Il n’était pas du tout connu à l’époque. On était, je m’en rappelle, un peu inquiets notamment après le déjeuner convivial… et arrosé ! Et, c’était incroyable, vraiment, il nous a captivé sur ce sujet ardu, pendant deux heures ! On se sentait tous plus intelligents en sortant. J’avais dit à un de mes copains « celui-là, il va aller loin. Il ne faut pas le perdre de vue » ! 

Pourquoi soutiens-tu Laurent Fabius ? Je le soutiens car avec lui je suis dans la continuité de mon engagement et de mes idées. Depuis 1981, et même avant, je suis convaincu que la ligne politique du Parti socialiste doit être fidèle à la tradition républicaine, sociale, cette volonté de faire vivre l’égalité, la liberté, la fraternité mais aussi la laïcité. Fidélité mais également volonté de porter un socialisme moderne sur tous ces nouveaux enjeux comme l’Europe, la mondialisation, l’écologie, les technologies de l’information… Laurent Fabius est la meilleure synthèse de la tradition socialiste et de cette vision moderne. 

Quel est le sujet qui, actuellement, te mobilise le plus ? L’expulsion d’enfants pour la raison unique que leurs parents n’ont pas de papiers. Je salue vraiment le travail de RESF (Réseau éducation sans frontière). Il n’est pas tolérable que la période estivale devienne un cauchemar pour des gamins ! Et que la fin de ce cauchemar, ce soit l’expulsion ! L’idée d’expulser des enfants qui s’intègrent à notre pays grâce à l’école de la République, le symbole même de malmener ces enfants, est inimaginable ! C’est mon combat, ce doit être le nôtre !